Condensé du mouvement

Un manifestant scande « On a faim » devant le Parlement européen.

Cette photographie condense de nombreux aspects du mouvement des Gilets Jaunes.

L’action d’abord. Le manifestant scande « on a faim » en boucle dans son mégaphone devant les forces de l’ordre qui barrent l’accès au Parlement européen.

En même temps il porte des lunettes de marque, ces mêmes lunettes qui, hasard de la mise en scène, permettent de lire la scène. D’un côté on voit le barrage de police, de l’autre on reconnait les gilets jaunes.

Cette photographie exprime l’idée que les éléments qui permettent de lire l’information ne se situent que dans le reflet paradoxal de la société de consommation.

« On a faim » prend alors un sens tout différent. Faim d’échanges, de reconnaissance, sans barrages de police. Donc faim de démocratie. Faim, c’est-à-dire aussi « plus envie de se priver », comme une envie de liberté. Paradoxalement, la liberté de consommer, permet de s’inscrire dans le monde et de reléguer dans la zone de reflet, comme un souvenir lointain, le réel devenu trop dur…