Rêver d’une vie meilleure…

Ces 2 enfants et ces 2 jeunes gens vivent à la rue. Leurs familles ont déposé des demandes d’asile. Ils devraient donc être pris en charge par l’Etat. Mais les dispositifs sont insuffisants et le 115 est débordé. Ils sont une trentaine à vivre dans ce square de Strasbourg sans autres biens que leurs bagages.

Quelques riverains bienveillants passent les voir, ainsi que des associations (SAS) et les services de la ville(PMI, CCAS). Ils sont domiciliés par la PADA et en attente d’une proposition d’hébergement de l’OFII. Merci à Jean-Claude Bournez qui y est tous les jours pour faire le point, solliciter les médecins si nécessaire, mobiliser de l’aide…

Les adultes qui sont là, à l’ombre des arbres, ne souhaitent pas être photographiés. Ils expriment un sentiment de honte. Leur situation les met mal à l’aise. Par contre je mesure à quel point le dialogue (bricolé, avec quelques mots d’allemand, de français, d’anglais et puis des gestes), l’échange sont importants et constituent le premier pas vers la dignité.

Un restaurateur du quartier leur donne accès à un point d’eau, mais pour les douches et la nourriture c’est beaucoup plus compliqué m’a expliqué le jeune homme en anglais. Ils ne peuvent en effet se rendre tous à l’Etage et laisser le camp sans surveillance.
Nous sommes en juillet 2018 dans la capitale européenne, dans la 5ème puissance mondiale…